Les jardins sauvages

d'éducation populaire

 

la Bécarie à St Martin de Jussac 87200



en Agriculture Naturelle depuis 2014

Un sol vivant, jamais travaillé, toujours couvert, sans intrant carboné, sans engrais, ni biocides, aucun produits, sans hybrides f1, ni compost ou fumier, même pas un purin d'orties, rien de rien,

100% légumes!

En 2021, Les jardins sauvages deviennent
les jardins sauvages d'éducation populaire.
Une ferme maraîchère et un lieu de formation à l'autonomie alimentaire pour les jardiniers.

 

L'utilisation de couverts végétaux semés entre

 

chaque culture permet d'héberger et

 

 

de nourrir la vie du sol, qui à son tour alimentera les

 

plantes destinées à la

 

 

consommation humaine. C'est également ce qui

 

 

permet l'autonomie en carbone

 

 

sur une ferme ou un jardin, donc de ne pas

 

 

déshabiller Paul pour habiller Jacques, de

 

 

pouvoir se passer d'intrants, de laisser le tracteur au

 

 

garage, de ne plus éradiquer

 

 

tous les insectes ou champignons dit "nuisibles", et

 

 

enfin de cultiver des plantes

 

 

saines et nutritives. L'agriculture depuis 10 000 ans,

 

 

qu'elle soit bio ou

 

 

conventionnelle, est cause de pollution, de

 

 

désertification et de la disparition des

 

 

espèces. Cultiver en respectant les lois du vivant est

 

 

un préalable à toute

 

 

agriculture qui se veut durable.

 

Je ne crois plus aujourd'hui que l'agriculture soit en capacité de proposer un modèle durable. La seule solution est que chacun cultive son jardin. Il est tout à fait possible de cultiver son lopin de terre en agriculture naturelle et prétendre à l'autonomie alimentaire, du moins pour les légumes ; pour le reste, on verra ce qu'on peut faire. Je crois aussi que faire son jardin est une des meilleures choses à faire en ces temps troubles, que ce soit pour la production alimentaire, l'autonomie, les savoirs faire, et le plus important à mes yeux, la reconnexion au vivant qui nous entoure. Se retrouver autour des communs et sortir, ne serai ce que d'un pied du néolibéralisme, même à petite échelle à tout son sens aujourd'hui. L'agriculture est la base de nos sociétés et notre lien avec le vivant.
Faire son jardin c'est possible mais ça s'apprend.
Je vous propose donc d'ouvrir le jardin, de cultiver ensemble, de produire des légumes et de vous former.

Passons aux détails pratique :
-Chaque "jardinier" (c'est vous), vient une matinée de 5h par semaine de mai à octobre. Vous participez et apprenez en même temps.
-Chaque jardinier aura un panier de légumes par semaine, 9 mois sur 12.
-Le prix : 130 euros par mois sur 9 mois.
-Durée, 1 ans maximum. Au bout d'un an vous devez être en capacité de faire votre jardin.
 
La formation :
Vous saurez tout, depuis les bases de l'agronomie, au plan de culture, la récolte, la conservation, la vie des vers de terre, la musique des limaces, les plantations et semis, .... TOUT !
La liste des possibles ne s'arrête pas là. Nous produirons également des plantes médicinales pour se faire une pharmacopée commune, du chanvre pour les cordes et le tissu, du blé pour apprendre à cultiver des céréales jusqu'à la farine (en espace test, pas pour la prod), fabrication de terreau maison, une pépinière partagée (greffe et bouture), des fleurs, des ateliers ratatouille et choucroute, production de semences et enfin, des fêtes paysannes, des vraies ! Ce sera aussi une merveilleuse fabrique de réseaux et d'échanges entre jardiniers qui peut être prendra forme avec les années. Qui sait où tout ça nous mènera.
Voilà pour les grandes lignes de ce jardin sauvage d'éducation populaire.

 

 

l'Agriculture Naturelle


L'agriculture naturelle, fondée par le Japonais Masanobu Fukuoka dans les années 1970, auteur de "La révolution d'un seul brin de paille" est une agriculture basée sur trois principes:


- un sol jamais travaillé et toujours couvert,
- sans engrais ni compost,
- sans pesticide, biologique ou de synthèse.

Il est possible de cultiver son jardin sans travailler le sol, sans engrais, ni pesticide, pas même un purin d'ortie et sans tuer les limaces. Notre pratique au jardin est basée sur un rapport de domination issue d'une vision mécaniste et productiviste de ce que nous appelons "nature". Le travail du sol, les engrais et les pesticides détruisent les équilibres fragiles de la vie du sol, pourtant censé nourrir et protéger les plantes que nous cultivons.

Plutôt que de trouver des solutions aux problèmes que nous créons, l'agriculture naturelle propose d'arrêter de créer des problèmes,

en développant un autre rapport au vivant, à notre alimentation et à l'autonomie des fermes.